Rechercher...

Le contexte Guyanais

Au sein de la France, la Guyane est singulière et originale, tant du point de vue physique (géographique, climatique …) qu’ethnique et socio-culturel, voire d’ordre institutionnel.

1) La Guyane et ses singularités

Française depuis 1637, la Guyane est une Collectivité Territoriale unique, issue de la fusion du département et de la région, où les lois et les règlements nationaux s’appliquent, mais avec des dérogations et des adaptations. Ce territoire de 83 534 km2, deux fois plus étendu que les Pays-Bas (41 540 km2), se situe à 7 100 km de Paris et au Nord-Est de l’Amérique du Sud, entre l’Océan Atlantique (320 km de côtes), le Brésil et le Surinam où deux grands fleuves lui servent de frontières : le Maroni (520 km) qui la sépare du Surinam et l’Oyapock (580 km) du Brésil. Adouci par les alizés, son climat équatorial, chaud et humide, connaît une température quasi-constante autour de 28°C. Volcan, tremblement de terre, cyclone sont concrètement inconnus et sa vaste forêt primaire amazonienne en fait un réservoir de biodiversité et de ressources naturelles. Pour autant, la Guyane est confrontée à de nombreuses insuffisances et reste dans l’attente de plus d’accessibilité et d’attractivité.

Faiblement peuplée, la société guyanaise est une mosaïque ethnique et pluriculturelle. La population, répartie dans 22 communes, est extrêmement jeune (50% de moins de 25 ans) et croit à un rythme soutenu de plus de 2% ; une croissance que produit un taux élevé de natalité et une forte immigration, laquelle se concentre principalement dans les 8 villes de plus de 10 000 habitants.

Bien que la Guyane soit confrontée à certains problèmes d’accessibilité et d’attractivité, la vie reste néanmoins paisible et agréable pour la plupart. Même les immigrés étrangers les plus démunis trouvent des conditions de vie plus favorables en Guyane que dans leurs pays d’origine. Par ailleurs, si, en effet, les prix sont plus élevés que dans la France hexagonale, les salaires le sont tout autant, sauf pour les ouvriers, comme en atteste le tableau ci-contre. Bien évidemment, avec notamment une population jeune (50% de moins de 25 ans), la structure des revenus (salaires, RSA …) en Guyane est bien différente de celle de la France hexagonale.

En 2018, la Caisse Générale de Sécurité Sociale (CGSS) gérait 194 300 assurés sociaux, dont 87 000 bénéficiaires de la Couverture maladie.

Quant à la Caisse d’Allocations Familiales (CAF), elle a traité plus 22 000 RSA.

Salaire net moyenPublic 2012 Source InseeSalaires nets annuels moyens secteur privé 2015 (Insee)
Cadres*Prof intermEmployéOuvrierEnsemble
Guyane31 84047 76027 41015 99015 26021 510
Hexagone25 53044 88024 38015 38017 48022 690
*. Dans les Cadres sont aussi inclus les chefs salariés d’entreprises.

2) La Santé en Guyane

Les problématiques sanitaires de la Guyane ne se réduisent pas, comme en France hexagonale, essentiellement au domaine médical (désertification médicale, addictions,     ) ; elle conjugue à la fois les pathologies des pays développés (cancer, maladies cardiovasculaires, diabète …) avec celles des pays en retard de développement (maladie infectieuses, dengue, paludisme …). Cette grande diversité, naturelle et humaine, offre aux professionnels de santé de nombreuses perspectives de recherches, d’expérimentations et d’innovations.

a) Une demande de santé singulière :

Les besoins de santé sont immenses, les risques sont variés et la demande de soins fragmentée. En effet,

  • ­la géographie et le climat (chaud et humide) sont propices aux maladies bactériennes et parasitaires et, de plus, impactent la qualité des équipements (usure prématurée, surcoût …), de sorte que se justifient en Guyane des aides spécifiques ;
  • ­l’éloignement et l’isolement de certaines communes de l’intérieur, ainsi que leurs déficits d’infrastructures et d’accessibilité ne facilitent pas l’accès aux soins des populations de ces communes, une situation qui impose l’existence de solutions innovantes ;
  • ­ l’hétérogénéité de la population, les traditions culturelles et l’appétence pour les festivités nourrissent des diabètes, des obésités …

Outre la pression démographique et l’immigration excessive, la typologie des pathologies rencontrées est à l’évidence plus diversifiée et complexe que celle des pays développés. C’est un environnement sanitaire qui réclame que les professionnels de santé fassent preuve d’esprit d’initiative et mettent en œuvre de nouvelles pratiques et savoir-faire techniques, culturels et comportementaux.

b) Une Offre de santé insuffisante :

Au regard des besoins, l’offre sanitaire et médico-sociale, voire sociale, est insuffisante et les secteurs hospitalier et ambulatoire sont tous saturés. La répartition territoriale des services de santé et les déficits de professionnels de santé sont en cause tant dans le secteur hospitalier qu’ambulatoire. Cependant, pour combattre cette désertification, l’ARS Guyane offre des aides financières à l’installation et au maintien d’activités des médecins libéraux (Contrat démographiques des médecins libéraux …). . Malheureusement, les avantages qu’offre la Guyane, restent trop souvent méconnus des professionnels de santé.

En fait, 86% de la population vit sur le littoral et a accès aux infrastructures hospitalières en 16 minutes environ. Les populations de l’intérieur, quant à elles, sont prises en charge par 19 centres de santé, les Centres délocalisés de prévention et de soins (CDPS), rattachés au Centre hospitalier Andrée Rosemon de Cayenne (CHAR), qui est l’une des composantes du Groupement Hospitalier de Territoire de Guyane.

Densité des professionnels de santé en 2016
CatégoriesGuyaneHexagone
Médecins225327
Chirurgiens-dentistes2961
Pharmaciens1933
Sages-femmes (SF)7132
Infirmiers669963
Ensemble (sauf SF)1 4542 223

c) Une Gouvernance sanitaire élargie :

Bien que le code de santé publique (CSP) assimile la Guyane à une région, les attributions de la gouvernance sanitaire et médico-sociale sont plus étendues que celles des régions de l’Hexagone, du fait des adaptations et des dérogations qu’autorise l’article 73 de la Constitution.

Comme dans chaque région, l’Agence régionale de santé (ARS) de la Guyane a pour mission de définir et de mettre en œuvre un ensemble coordonné de programmes et d’actions concourant à la réalisation des objectifs de la politique nationale de santé et des principes de l’action sociale et médico-sociale. Elle exerce ses compétences sans préjudice et dans le respect de celles des collectivités territoriales (art. L1431-1 du CSP) et de la liberté d’installation des professionnels de santé (art L1434-3 du CSP). Et, c’est en concertation avec les professionnels de santé qu’il lui appartient de réguler, d’orienter et d’organiser, l’offre de services de santé de manière à répondre aux besoins en matière de prévention, de promotion de la santé, de soins et de services médico-sociaux (art L1431-2 du CSP).

Pour autant, si l’ARS a bien la charge de la déclinaison et de la mise en œuvre territoriale de la politique nationale de santé publique, le code général des collectivités territoriales (CGCT), attribue à la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG) un très large champ d’interventions. En effet, outre les compétences traditionnelles sanitaires et médico-sociales des départements et des régions, la CTG la vocation, d’une part, de promouvoir le développement sanitaire (art. L7151-1 du CGCT) et, d’autre part, de créer le Centre Territorial de Promotion de la Santé (CTPS) dont la mission est « de veiller à ce que les réformes du système de santé et de soins s’orientent vers les besoins spécifiques de la collectivité territoriale » (art. L71-122-1 du CGCT). La CTG a en effet la vocation.

En résumé :

La santé d’une population étant autant liée à des facteurs physiques (géographiques, climatiques, accessibilité territoriale, prédispositions génétiques …) qu’à l’environnement économique, social et culturel (mentalité, précarité, insalubrité …), il est évident que la grande diversité naturelle et humaine de la Guyane offre aux professionnels de santé de nombreuses perspectives de recherches, d’expérimentations et d’innovations.